Frédéric le Grand disait un jour en parlant de la guerre :
“Le premier pas que l’on fait en arrière fait une mauvaise impression sur l’armée,
– le second est dangereux,
– mais le troisième est toujours fatal”.

Cette parole ne peut-elle s’appliquer aux luttes spirituelles de notre temps ?